L’éco conduite : paroles d’un éducateur technique convaincu

Partagez cet article sur les réseaux :

Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp

Guillaume travaille à l’APS depuis 2016, il est éducateur technique au sein de l’auto-école associative. L’auto-école est  intégrée au SAMI : service d’accompagnement à la mobilité inclusive que met en place l’association APS.

Nous lui avons demandé de nous parler de l’éco-conduite et de sa pratique d’éducateur technique dans ce domaine.

L’éco-conduite, un comportement éco-citoyen

Faire des choix de mobilité « autrement »  participe pleinement à respecter l’environnement car les choix qui sont alors priorisés vont aller vers des modes alternatifs de déplacement : le train, le vélo, le bus…Pour les personnes qui utilisent tous les jours leurs véhicules pour se déplacer, l’éco-conduite a un rôle à jouer. Plus précisément, l’éco-conduite c’est adopter une conduite souple, qui  consiste par exemple  à modérer ses accélérations, et anticiper les ralentissements. L’éco-conduite ce sont des gestes, une façon d’adapter sa vitesse, mais aussi d’entretenir son véhicule, savoir utiliser la climatisation, etc…

Les 3 impacts de l’éco-conduite

Le premier est économique. « Le portefeuille, en général ça parle aux gens » dit Guillaume.  Le saviez-vous ? Si  les conducteurs adoptent une conduite différente telle que préconisée par l’éco-conduite,  ils  peuvent économiser jusqu’à 400 euros/an.

Le deuxième impact est écologique : prendre sa part pour ralentir le réchauffement climatique. « Lorsque j’évoque que l’éco-conduite c’est aussi penser à la planète qu’on va laisser aux générations futures, je sens que l’argument touche les personnes » poursuit  Guillaume.

Le dernier impact est social (voire sociétal) : moins de pollution, moins de maladies (respiratoires), diminution des accidents, moins de recours aux assurances…

L’éco-conduite, une compétence à transmettre en parcours conduite

Depuis le 1er juillet 2014, l’éco-conduite fait partie intégrante de la 4ème compétence du livret de formation de l’apprentissage de la conduite. « J’apprends aux élèves, d’entrée de jeu, comment passer les vitesses au bon régime moteur, comment anticiper : freiner le moins possible pour accélérer le moins possible, comment déjouer les bouchons pour éviter les véhicules à l’arrêt, comment bien choisir les pneumatiques, comment utiliser la climatisation…  insiste Guillaume.

Le saviez-vous ? Avec une différence de température de 8° entre  l’intérieur de l’habitacle du véhicule et l’extérieur, on peut avoir une augmentation de consommation de carburant de 40 %.

Tous ces exemples concrets prennent sens au fur et à mesure que la personne apprend à conduire.

Guillaume propose un atelier sur l’éco-conduite. Il est efficace en fin de parcours, juste avant la présentation du permis de conduire. Il permet  un récapitulatif des bons comportements enseignés durant le parcours  et à la personne de faire apprécier sa qualité de conduite le jour du permis.

L’éco-conduite, essentielle pour chacun

Cet atelier est utile pour les jeunes conducteurs en apprentissage mais il est en réalité nécessaire à tous, car les (mauvaises) habitudes sont parfois en décalage avec les principes de l’éco-conduite. Dans les entreprises qui ont des salariés qui utilisent quotidiennement les véhicules de l’employeur, ces ateliers ont tout leur intérêt.

Pour tous renseignements, contactez Guillaume Lebrun éducateur technique

Contact : 04 22 59 04 75

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos derniers articles

Retour haut de page